Accueil » Comment améliorer la visibilité d’une équipe esport sur les réseaux sociaux ?

Comment améliorer la visibilité d’une équipe esport sur les réseaux sociaux ?

Par Alexandre Hellin

Même avec les meilleurs joueurs du monde, si vous ne travaillez pas votre visibilité, vous n’avez aucune chance d’intéresser qui que ce soit, et encore moins de potentiels sponsors.

C’est difficile d’attirer la lumière sur soi en tant qu’équipe esport, pas vrai ? Vous savez qu’il faut absolument se montrer sur les réseaux sociaux puisque tout le monde y est, mais sans aucune réelle idée des actions à mener.

Je sais ce que vous avez fait.

Vous avez commencé par ouvrir un compte Facebook puis un compte Twitter. Vous vous êtes empressé, plein de joie et de naïveté, à créer vos premiers contenus. Après plus de 10 relectures et une photo top cool, vous appuyez sur le bouton envoyer.

Vous attendez les premières minutes avec une petite boule dans la poitrine pleine d’excitation en guettant votre première notification. Vous rafraîchissez votre page toutes les 30 secondes.

Après une heure, rien.

L’euphorie des premiers jours passe. L’idée d’atteindre des dizaines de milliers d’abonnés en un claquement de doigts aussi.

Vous vous dites alors que c’est le début, que ça viendra (et vous n’avez pas tord). Vous essayez tout, et après plusieurs semaines sans résultats, vous décidez de ralentir vos efforts par manque de motivation. Pourtant, vous aviez vu un GIF qui a fait le buzz quelques jours avant, mais avec vous, il ne prend pas (zut alors !).

C’est précisément ici que vous lâchez. Vous abandonnez en vous disant que tout ça, ce n’est pas pour vous et que de toute manière, vous n’y arriverez pas.

Pourtant, d’autres avant vous ont réussi à se rendre visibles, à attirer des sponsors et des partenaires. Rien qu’en France, on peut clairement en identifier plusieurs : Vitality, Millenium, Supremacy, Gamers Origin etc.

Ces équipes sont admirées par une énorme communauté.

BINGO !

Vous vous dites qu’il faut absolument copier leur recette. Si ça marche pour eux, il n’y a aucune raison que ça ne marche pas pour vous.

Mauvaise idée. Ce que vous espérez, c’est devenir une équipe que l’on remarque, mais aussi, et surtout, devenir crédible auprès des sponsors. Ce n’est pas en copiant l’ADN d’une autre équipe que vous y parviendrez.

Ce dont vous avez besoin, c’est de créer votre propre histoire. Pour cela, faut-il encore qu’elle existe. Évoluer dans l’esport avec des objectifs professionnels, ça demande de l’argent.

Et pour en gagner, il n’y a pas de secret.

Le business model d’une équipe esport repose sur sa visibilité.

Quoi de mieux que les réseaux sociaux pour ça ? Absolument toutes les équipes et les millions de fans que compose le milieu y sont actifs. Contrairement au sport traditionnel qui doit multiplier les points de contact pour espérer faire passer son message, l’esport a la chance de pouvoir toucher 100% de sa communauté exclusivement sur les réseaux sociaux. Profitez-en !

Au-delà de vos envies compétitives, réussir à construire une réelle fanbase est votre objectif numéro 1. Ça reste aujourd’hui le meilleur moyen de décrocher des contrats avec des sponsors, de gagner plus d’argent via la vente de produits dérivés, mais aussi d’améliorer vos infrastructures afin d’améliorer le confort de vos joueurs.

Des marques comme Optic Gaming, FaZe Clan ou Fnatic l’ont très bien compris. À tel point que leur succès n’est plus défini par leurs victoires en compétition ou le montant du cashprize empoché par les joueurs, mais bel et bien par le nombre de fans et l’engagement qu’ils suscitent sur les réseaux sociaux.

Ces équipes sont devenues leur propre média et créent énormément de contenus pour répondre à cette demande croissante de la communauté.

Ocelote, CEO de G2 l’explique à merveille dans son interview avec Travis Gafford.

Pourquoi sommes-nous là ? Comment G2 est capable de survivre aujourd’hui ? Ok reprenons. Nous avons des revenus. Ces revenus viennent du merchandising, des fans qui achètent nos produits. Il y’a aussi les sponsors. Et pourquoi nous les avons? Parce que nous avons des fans. Tout revient à eux au final. Comment pouvez-vous leur manquer de respect et ne pas créer un seul contenu pour ces fans qui sont la raison même pour laquelle vous existez ? Ça me dépasse.

La création de contenu est devenue le nerf de la guerre pour exister.

D’ailleurs, c’est même l’un des critères pris en compte par Riot Games pour accepter une équipe dans la nouvelle franchise des LCS EU.

Produit-Fnatic

Crédits : Lol Esports

Récemment, j’ai lu un article sur Esport Observer détaillant le deal entre Dr. Pepper et Team Solomid. Il permet de comprendre comment les plus gros partenariats peuvent prendre forme dans l’esport entre une équipe majeure et une marque extérieure à ce secteur.

On apprend que Dr. Pepper a longuement réfléchi avant de se lancer sur le marché en clarifiant des objectifs précis. Il n’était pas question pour eux de lâcher une partie de leurs budgets à l’aveugle sans espérer un retour sur investissement. Retenez bien cela, car il en sera de même pour les sponsors que vous tentez d’approcher.

Il existe globalement 3 méthodes différentes pour une marque de se rendre visible auprès des fans d’esport. Elles peuvent sponsoriser :

  • Une ligue
  • Un événement ponctuel
  • Une équipe (voire même parfois un joueur).

Dr. Pepper a choisi de prendre la direction d’une équipe en indiquant vouloir profiter d’un rayonnement global sur l’écosystème de l’esport. A contrario, l’un de ses plus grands concurrents Coca-Cola, n’envisage pas une seconde ce genre de partenariat pour éviter de perdre les fans d’équipes adverses.

TSM-Dr-Pepper

Crédits : Team Solomid et Dr. Pepper

Savez-vous comment la marque a procédé pour faire son choix concernant TSM ? Tout simplement en analysant les réseaux sociaux de nombreuses équipes et en définissant laquelle bénéficiait du plus grand nombre de fans similaires à sa communauté. On apprend donc ici que Dr. Pepper et les joueurs de la line up League Of Legends TSM partagent 4223 fans au moment du partenariat soit 0.2% de leurs audiences combinées.

Découvrez  Lily - Armateam : « C’est important de rendre à la communauté ce qu’elle te donne. »

Bien évidemment, ce critère seul n’est pas prépondérant. Le fait que TSM soit une des meilleures équipes nord-américaines n’y est pas anodin. Cependant, l’aspect média de l’équipe avec une aura importante sur sa communauté n’a pas laissé insensible la marque de cola.

Et vous ?

Je vous vois venir. Vous allez me dire que vous n’avez pas leurs moyens. C’est vrai. Mais vous pouvez tout de même le faire à votre niveau. Créer une communauté ne demande pas le budget de la reine d’Angleterre. Seulement d’une bonne dose de créativité et de constance.

Réussir à créer une équipe esport qui fonctionne revient à monter une entreprise. Au départ, vous essayez de tout gérer seul en attendant de gagner assez d’argent pour évoluer avec de vrais professionnels et aller encore plus loin.

Le réel problème, c’est que 99,99% des équipes qui ont ces objectifs essaient de grimper avec une ressource humaine bénévole. Si vous êtes encore là à lire cet article, c’est probablement votre cas (sinon, c’est que vous aimez simplement me lire et je vous remercie).

Malheureusement, ces bénévoles sont souvent des personnes jeunes et inexpérimentées. On ne peut pas leur en vouloir d’apprendre un nouveau métier et de se donner pour une passion. Mais ça ne suffit pas.

Le métier de Community Manager (impliqué par les réseaux sociaux) a la malchance de paraitre simple. En réalité, il est bien plus complexe et demande un approfondissement bien plus général lorsqu’on arrive sur des médias comme Optic Gaming ou Fnatic.

Si vous voulez construire la notoriété de votre équipe esport, vous devez appréhender la manière dont toutes les plateformes sociales peuvent vous aider.

Quels réseaux sociaux utiliser ?

Là encore, c’est une question à laquelle vous devez essayer de répondre vous-même en fonction du type de contenus que vous souhaitez proposer mais aussi de vos moyens humains (et financier).

Voici un rapide tour d’horizon de leur utilité pour votre structure.

Twitter : Véritable acteur majeur à la démocratisation de l’esport, Twitter a complètement remplacé les forums de jeux en permettant à l’ensemble de la communauté de partager directement avec leurs équipes et ses joueurs. C’est le lieu idéal pour tisser des liens avec n’importe quel acteur du milieu.

Twitch : Tous les fans d’esport adorent suivre les meilleurs joueurs durant une session de stream. Vous ne pouvez pas espérer fédérer une forte communauté sans investir sur Twitch. Ouvrez votre propre chaîne et lancez vos joueurs dans le grand bain. Accompagnez-les et proposez du contenu régulier et didactique pour vos spectateurs. Il est, de mon point de vue, idéal d’associer une activité de streaming à côté des compétitions esportives (jusqu’à un certain niveau).

Snapchat : Au travers de stories bien pensées et plus personnelles, Snapchat permet d’offrir une plus grande proximité avec les joueurs et les équipes en touchant exclusivement un public de 13-25 ans. Faites découvrir à vos fans la vie intérieure de vos équipes !

Facebook : L’esport trouve forcément sa place au sein de la plateforme de Mark Zuckerberg. En perte de vitesse concernant la portée des contenus, il n’en reste pas moins que Facebook vous permet d’adopter un ton plus libre et de bénéficier de la plus grande base de données au monde. Moyennant quelques euros, vous pouvez vous faire connaître de n’importe qui.

Instagram : Axé principalement sur l’image, Instagram peut vous permettre de mettre en avant les moments forts de vos équipes et ce, de manière artistique. Ce réseau social est idéal pour travailler votre image de marque et dévoiler toute votre créativité.

Youtube : La vidéo est devenue en l’espace de 5 ans le support préféré des internautes, et plus spécialement les fans d’esport. En investissant des efforts sur YouTube, vous pouvez toucher une audience active et proposer du contenu beaucoup plus complet que sur les autres réseaux sociaux.

Chaque plateforme possède ses avantages et ses inconvénients.

Alors que YouTube vous demandera certaines compétences en montage, Instagram nécessite, par exemple, une solide expérience en photographie. Il en va de même si vos joueurs ne se réunissent pas souvent lors d’événements offline, la création de contenu peut s’en trouver affectée.

Optic-Gaming

Crédits : Optic Gaming

N’essayez pas d’être partout si vous ne le pouvez pas. Rassemblez vos forces et choisissez seulement les réseaux sociaux les plus pertinents pour votre croissance.

Voyons maintenant comment vous devez accrocher vos fans pour qu’ils ne vous lâchent plus.

L’importance du storytelling

Si vous ne deviez retenir qu’une seule leçon de cet article, j’aimerais que ce soit celle-ci : racontez toujours une histoire dans vos contenus.

Vous voulez être original n’est-ce pas ? Eh bien, peu importe le message que vous voulez faire passer, faites-le bien. Vos fans ont besoin de rêver, qu’on leur raconte une véritable aventure. Les plus engagés souhaitent même l’écrire avec vous !

Votre communauté est curieuse et veut tout savoir de vous. Jouez sur les émotions et véhiculez les valeurs de votre équipe. L’esport est idéal pour ça !

Vous savez, pour l’ensemble des marques, c’est la même chose. Avez-vous remarqué la manière dont elles communiquent avec nous aujourd’hui ?

Quand Audi vous vend sa nouvelle voiture, l’entreprise ne vous dit pas “regardez nos belles jantes, nos phares xénon et notre moteur survitaminé” mais plutôt “quand vous conduirez votre Audi, vous apparaîtrez au monde comme une personne classe et puissante”.

Plus impactant n’est-ce pas ?

Découvrez  Lily - Armateam : « C’est important de rendre à la communauté ce qu’elle te donne. »

Et maintenant, je vais vous dire quelque chose que personne ne vous dit vraiment.

Les marques veulent absolument sponsoriser des équipes esport.

Tout simplement car c’est l’un des meilleurs moyens pour elles de se rattacher à des valeurs fortes comme le dépassement de soi, la compétition, le respect, l’esprit d’équipe et j’en passe…

Vitality-Renault

Crédits : Vitality et Renault

Si vous arrivez à atteindre un seuil critique de fans tout en racontant une histoire avec de vraies valeurs, vous n’aurez aucun mal à attirer des partenaires et booster votre croissance.

Quel type de contenus poster ?

La création de contenus est un exercice difficile et périlleux. Si vous ne vous posez pas les bonnes questions, vous allez vous heurter à un mur infranchissable, même avec toute la bonne volonté du monde.

Parfois, vous n’aurez pas les compétences ou les ressources pour mettre sur pieds les idées de contenus qui fourmillent  dans votre esprit. Ne vous bloquez pas là-dessus et exploiter vos forces du mieux que vous le pouvez.

Vous êtes votre premier fan ! La seule question qui doit vous hanter l’esprit avant de publier (que ce soit vous ou la personne qui s’occupe de vos réseaux sociaux), c’est :

Est-ce que je m’engagerais moi-même avec cette publication ?

Si la réponse est non, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Il est préférable que vous passiez beaucoup de temps à faire peu de contenus qualitatifs plutôt qu’inonder le fil d’actualité de votre communauté en proposant des messages qui n’intéresse personne. Vous gaspillez le temps de tout le monde.

Il existe une multitude d’idées de contenus que vous pouvez adapter à votre storytelling, par exemple :

  • La vie quotidienne de vos joueurs (vos bootcamp, des moments de vie particuliers, tout ce qui peut être agréable à découvrir pour votre communauté)
  • Vos déplacements en LAN (la photo de vos joueurs sur une scène, la route que vous partagez avec eux, etc.)
  • Annoncer vos victoires et vos défaites
  • Des interviews de vos joueurs (même via Skype ou retranscrit sur votre site !)
  • Petites infographies ou informations ludiques sur vos équipes (Nombre de parties jouées, de pickrate sur certains champions, winrate sur certaines maps (la liste est longue…))
  • Des questions ouvertes pour pousser à la discussion
  • Des AMA (Ask me anything)

Des idées, vous pouvez en avoir à la pelle. Hormis quelques bons élèves au plus haut niveau en France (et dans le monde), il reste encore énormément de choses nouvelles à produire sur les réseaux sociaux en ce qui concerne l’esport. Car oui, au risque d’en déplaire à certains, ça manque énormément dans notre milieu. Allez puiser l’inspiration ailleurs, dans d’autres secteurs. Ne recopiez pas bêtement ce qui se fait déjà. Sans parler de votre wording qui se doit d’être fluide et adapté au message (tout en évitant les fautes !).

Fnatic

Post Twitter de Fnatic pour l’independence day aux USA. Crédits : Fnatic

Apportez de l’intérêt à une personne pour espérer qu’elle vous suive. Pourquoi votre équipe plutôt qu’une autre ? Interagissez un maximum et rendez votre marque fun et intéressante. Faites une promesse et tenez-là.

Maintenant, si on attaquait un chantier trop peu exploité par toutes les équipes esport et qui pourtant, est une des clés de la réussite ?

Accompagner vos joueurs est essentiel

Trop important pour ne pas le souligner : la place des joueurs dans la visibilité d’une structure et surtout, leur comportement.

Ne vous blâmez pas si vous n’avez fait aucune démarche en ce sens. C’est un sacré défi dont les équipes professionnelles viennent tout juste de prendre conscience. On ne compte plus le nombre de dérapages sur les réseaux sociaux qui portent atteinte à la notoriété d’une équipe ou au joueur lui-même.

Des dramas ou du trashtalk, il y en a eu un paquet, il y en a encore, et il y en aura probablement encore longtemps.

Mais vous savez ce qui cloche ?

La majorité des joueurs esport n’ont pas conscience des conséquences de tels agissements sur leurs carrières et sur votre propre image en tant que structure.

L’autre jour, je suis tombé sur une vidéo de Jack, créateur et dirigeant de l’équipe Cloud 9 grâce à Torréfacteur, rédacteur également sur le blog. Je n’imaginais pas qu’on puisse encore voir ça à un tel niveau d’encadrement.

Jack s’est retrouvé devant une situation difficile à laquelle personne ne veut se retrouver quand on gère une équipe de cette envergure. Confronté à trois joueurs qui manquaient vraisemblablement de discernement et ne faisant aucun effort pour s’entraîner et améliorer la cohésion du groupe, il n’a pas eu d’autres choix que de les renvoyer dans l’équipe « Academy ».

Pourtant, ces joueurs ne sont autres que Jensen, Sneakie et Smoothie, 3 figures emblématiques des LCS NA sur League of Legends. Ils ont fait leurs preuves. Plus d’une fois. Malgré les ambitions affichées et le travail qui est censé suivre, ils ont tout simplement perdu leurs places. En tout cas, pour l’instant.

C’est un message fort que tous les joueurs avec ce genre d’aspirations doivent retenir : être un bon joueur ne suffit plus pour rester au plus haut niveau dans l’esport. Un comportement exemplaire est essentiel.

Probablement vexés dans leur amour propre, les 3 joueurs n’ont eu que pour seules réactions, ces tweets.

Trouvez-vous ça normal ? Probablement pas. Et vous n’accepteriez pas que cela vous arrive. Ai-je raison ?

Découvrez  Lily - Armateam : « C’est important de rendre à la communauté ce qu’elle te donne. »

Jack non plus.

Cet exemple appuie parfaitement le fait que tous ces joueurs ont besoin d’être encadrés. Ils sont, pour la plupart, souvent trop jeunes et immatures pour s’en soucier eux-mêmes.

C’est difficile, je sais. Vous ne savez probablement pas vous-même comment gérer votre propre visibilité, et il faudrait en plus que vous vous occupiez de celle de vos joueurs ?

Ça demande du temps, une certaine pédagogie et surtout une énorme patience. Mais oui.

Vos joueurs sont votre meilleur relai sur les réseaux sociaux. Au-delà, de jouer pour votre emblème, ce sont avant tout vos premiers ambassadeurs.

Accompagnez-les dans leurs prises de paroles. Éduquez-les sur les enjeux communs que vous avez à gérer pour votre personal branding (image de marque personnelle) et tout le monde évitera ce genre de scènes affligeantes.

Pour conclure cet article, nous avons eu la chance de pouvoir poser quelques questions à White, Social Media Manager chez Team Vitality, une des plus grandes équipes esport française !

Pourquoi ?

Parce que je suis sûr que ses mots auront plus de poids que les miens pour vous faire comprendre à quel point il est nécessaire de ne jamais lâcher votre communication sur les réseaux sociaux car c’est l’élément stratégique le plus important de votre développement.

L’interview de WhiTe PenGoin

White-Pengouin-Vitality-300x300

Crédits : Mickaël Le Roscouet

Pour commencer, peux-tu te présenter rapidement, nous dire depuis combien de temps tu es chez Team Vitality et quel est ton rôle au sein de l’équipe ?

Je m’appelle Mickaël, j’ai 27 ans et sur internet on me connait plutôt sous le pseudo WhiTe PenGoiN. Je suis chez Vitality depuis bientôt 3 ans (décembre 2015). Ma mission principale est de gérer la stratégie de communication de l’équipe, depuis la mise en place jusqu’à son exécution.

Quels sont les enjeux au quotidien derrière votre communication sur les réseaux sociaux ?

Les enjeux de nos réseaux sociaux c’est de tenir au courant tous nos susupporters des nombreuses actualités de l’équipe, mais aussi de réagir aux différentes actualités. On a aussi pour mission d’être capable de créer du contenu original, que ce soit humoristique ou pour permettre aux gens de rentrer plus au coeur de notre équipe. Si on peut résumer, l’enjeu c’est de faire rayonner Vitality en France et à l’international.

Comment est définie la stratégie de contenu au sein de l’équipe et de quels moyens disposez-vous pour la mettre en place ?

Je discute énormément avec Fabien (Neo, le Président de Vitality) pour la mise en place de la création de nos contenus. Il y a des idées qui viennent de lui, d’autres qui viennent de moi et après on affine ça ensemble, surtout pour les contenus majeurs. Concernant les moyens, ça dépend de chaque contenu et de ce que l’on veut en faire.

Quelle est la liberté que tu as pour imaginer ces contenus en apportant ta touche personnelle ?

Ma liberté est totale et je m’impose moi-même des limites lorsque c’est nécessaire. Quand je sais que l’on touche à un sujet sensible ou important, je vais de moi-même consulter les personnes nécessaires pour être sûr qu’on reste dans la ligne de communication que l’on vise. Neo me fait entièrement confiance, ça fait partie des raisons pour lesquelles on peut fonctionner de manière réactive sur les actualités.

Quelles sont les clés de performances que vous utilisez pour mesurer vos actions social media ?

Les clés de performance sont adaptées selon les périodes, les objectifs courts/moyens/long terme qui sont visés et même d’une action à l’autre. On a différentes catégories de contenus qui sont destinées à remplir différentes cases, c’est important de toujours s’adapter pour être capable de mesurer de la meilleure manière l’efficience de notre stratégie digitale.

J’imagine que c’est un tout, mais quelle place prennent les réseaux sociaux dans la décision des marques lors de vos partenariats ?

De notre côté on met beaucoup de points cruciaux en avant lorsque l’on discute d’un éventuel partenariat qui peut se mettre en place avec une marque. Savoir qu’est-ce qui rentre le plus en ligne de compte ensuite de leur côté, ce n’est pas à moi de le dire et de le juger. Après, de manière plus globale, on sait que les marques non endémiques affectionnent particulièrement notre secteur parce qu’il permet de toucher les plus jeunes qui sont de moins en moins devant la télé notamment.

Est-ce que vous accompagnez vos joueurs en les aidants à mieux communiquer sur les réseaux sociaux ? Pourquoi ?

De manière générale, nous essayons de ne pas trop influencer nos membres sur leurs réseaux sociaux personnels, parce qu’il est important que cela reste leurs lieux d’expressions propres et libres. Cependant, on reste extrêmement disponibles pour ceux qui réclament de l’aide ou qui ont envie de faire des choses plus poussées avec nous.

Quels conseils donnerais-tu aux jeunes équipes qui souhaitent développer leur présence sur les réseaux sociaux ?

Je pense que la meilleure chose à faire est de déterminer une ligne de conduite et de s’y tenir réellement. Il n’y a pas un seul profil de communication juste et universel, l’important c’est surtout d’être régulier et actif.

L’article a pour sujet l’importance des réseaux sociaux pour une équipe esport. As-tu un commentaire supplémentaire que tu juges pertinent à apporter ?

Je pense qu’il est important que les gens comprennent l’importance des réseaux sociaux et de l’image que renvoie une équipe sur ces channels de communication. À l’ère du numérique, c’est le premier contact avec leurs supporters, actuels et futurs, il faut donc le faire avec sérieux, toujours.

Merci à WhiTe pour l’interview !

Vous aimerez lire aussi

5 Commentaires

Basile FERRANTE 13 juillet 2018 - 10 h 01 min

Très bon article ! Merci pour ce partage 🙂

Reply
Alexandre Hellin 13 juillet 2018 - 16 h 55 min

Hey Basile !

Merci pour ton commentaire, ça fait extrêmement plaisir 😉

Reply
Manager esport : Focus sur le métier avec Fabien Bacquet de Gentside ! - Esport insights 25 juillet 2018 - 9 h 28 min

[…] joueurs, tu regardais la façon dont ils communiquaient sur les réseaux sociaux ! J’ai écrit un article sur le sujet car, généralement, les joueurs n’ont pas le recul nécessaire pour être irréprochable sur […]

Reply
Dieuponey, bilan de sa première année en tant que manager esport chez Unicorns Of Love - Esport insights 12 octobre 2018 - 2 h 46 min

[…] tu as aussi une partie de gestion des réseaux sociaux dans mon métier que je partage avec AudreyLa…. Tous les deux on crée pas mal de contenu pour les réseaux sociaux et on doit aussi répondre aux […]

Reply
Lily - Armateam : « C’est important de rendre à la communauté ce qu’elle te donne. » - Esport insights 16 janvier 2019 - 17 h 19 min

[…] déjà rédigé un article complet sur comment améliorer la visibilité d’une équipe esport sur les réseaux sociaux, mais il me semblait important d’apporter une meilleure compréhension de ces enjeux avec une […]

Reply

Laisse un commentaire

Soutenez nous en vous abonnant à notre newsletter !

Recevez gratuitement nos interviews (et bien plus encore !) directement dans votre boite mail. 

Vous êtes bien abonné(e). Merci !