Accueil » Gwen : « S’il n’y a pas de Trackmania Cup, il n’y a plus de Trackmania comme je l’aime ! »

Gwen : « S’il n’y a pas de Trackmania Cup, il n’y a plus de Trackmania comme je l’aime ! »

Par Dimitry Bigot
gwen-affi-trophée-trackmania-cup

Il y a quelques semaines de cela, ce qui occupait l’espace médiatique esport, c’était la Trackmania Cup organisée par Zerator. Celle-ci était absolument partout et a même bénéficié d’un traitement exceptionnel par rapport aux autres éditions. En marge de cette compétition, le président Emmanuel Macron a ainsi accueilli une réception en l’honneur de l’esport français. Une réception dont on vous a analysé les tenants et les aboutissants lors d’un récent article.

Mais si l’on se concentre uniquement sur la compétition, il y a une histoire qui a fait pas mal de bruit. C’est celle de Gwen et il y a plusieurs raisons à cela. La première, c’est forcément que remporter cette édition en compagnie de son duo, Affi, est une belle performance. Mais surtout, depuis quelques années, Gwen est devenu la figure montante de Trackmania en France en remportant les trois dernières éditions de la Trackmania Cup.

Forcément, quand on sait que la World Cup arrive, on peut légitimement se demander quelles sont les attentes de Gwen par rapport à cette compétition. Alors, je suis allé à sa rencontre il y a quelques jours dans le but d’évoquer ces deux compétitions, mais aussi de s’intéresser à son avenir professionnel et à celui de la scène esport qu’il aime tant. Je vous laisse donc avec cette interview en vous souhaitant une bonne lecture.

Ma première question porte sur la Trackmania Cup. Cette année, elle avait lieu à Bercy, c’était bien plus grand qu’à l’habitude et même pour toi c’était peut-être une première. J’imagine que c’est particulier en tant que joueur, est-ce que tu peux nous en dire un petit peu plus sur comment tu as vécu ça ?

Pour moi ce n’était pas vraiment une nouveauté non plus vu que j’avais fait le zénith de Strasbourg. À Bercy j’ai un peu vécu les mêmes émotions que là-bas justement. Tu ne te rends pas forcément compte de ce qui se passe, tu es là, tu vis ta meilleure vie. C’est très émouvant comme moment. C’est aussi beaucoup de pression et de stress, mais à la fin c’est que du plaisir, c’est vraiment une très bonne expérience.

En termes de stress justement, quelles sont tes astuces Gwen pour ne pas te laisser submerger et rester concentré sur ce que tu dois faire ?

Honnêtement, je n’ai pas vraiment de petite astuce. Après, comme il y a une excellente ambiance entre les joueurs, le fait de passer la journée ensemble, c’est ça qui nous fait gérer la pression. C’est une très bonne ambiance, c’est très cool entre potes et savoir qu’on fait ça tous ensemble c’est un très bon moyen de gérer ça.

Toujours à propos de stress, on a vu que ton duo Affi, semblait touché après la demi-finale qui a été compliquée pour vous. Comment avez- vous géré ça avant la finale pour vous remobiliser et repartir de l’avant ?

Avant même la demi-finale, on était déjà tous stressés et c’est quelque chose de normal. On était aussi stressés parce qu’on savait que forcément le niveau était très serré. Mais ce qui a sûrement changé la donne, c‘est qu’Affi et moi on se connait et on joue ensemble depuis longtemps.

Pour la demi-finale, il y a une pression, mais une fois arrivé en finale, elle disparaît, on n’a plus le stress de l’élimination, on sait qu’il faut tout donner pour être le mieux classé. C’est ce qui nous a permis de faire la finale qu’on a fait en laissant de côté le stress et en prenant du plaisir.

Gwen-Trackmania-Cup
La demi-finale n’a pas été de tout repos pour Gwen et Affi (Crédit : Chloé Ramdani)

Justement cette finale, en tant que viewer, on avait un sentiment de contrôle et même par moments de facilité. Pourtant en tant que joueur, on ne peut pas se permettre cela. Comment vis-tu ce genre de situation ? Est-ce que tu dois faire un effort de concentration supplémentaire pour ne pas commencer à tomber dans la facilité ?

Je pense que c’est quand même important de se sentir à l’aise pour ne pas être crispé. Mais il faut aussi se rendre compte qu’au moindre relâchement, ça pourrait tout nous coûter. Du coup on reste concentré dans notre match et tant qu’on n’a pas gagné, on essaye de ne rien changer. On est conscient qu’on peut gagner, mais il ne faut jamais se dire que c’est déjà fait.

Par rapport à tout ça, je me posais aussi la question du plaisir. Est-ce que tu arrives quand même à en ressentir quand tu joues ou est-ce qu’il n’arrive qu’à la fin quand tu as gagné ?

Le plaisir, il monte petit à petit dans le match. Au début, il n’y en a aucun, c‘est vraiment juste de la concentration pour ne pas faire d’erreurs. Puis, plus le match avance, plus on se rend compte que la victoire est possible. C’est à ce moment-là qu’il commence à vraiment arriver. Déjà quand on a atteint les 100 points, on était extrêmement heureux, puis après lors de la victoire, on se relâche complètement, tout explose, c‘est incroyable.

  Paul Arrivé : « Je veux montrer au grand public que l’esport existe ! »

Gwen, le training de la Trackmania Cup de cet été a forcément été un peu spécial pour toi cette année vu que tu as passé le bac. Comment as-tu géré la préparation de cette compétition tout en révisant pour le diplôme ?

Forcément, j’ai moins pu m’entraîner que d’autres sur cette Trackmania Cup, mais je pense avoir réussi à bien gérer tout ça. Quand il y avait une épreuve qui arrivait, je me mettais à fond dessus et je ne touchais plus au jeu. Après je me remettais sur l’entraînement de Trackmania en vue de la compétition.

Donc en soit, j’avais du temps et je pense avoir plutôt bien géré ça, même si forcément le bac étant ce qu’il est, il en prenait. Du coup aujourd’hui je suis fier de ce que j’ai fait en gagnant Bercy et en réussissant à me préparer pour le bac.

Justement cette victoire, c’est ta troisième sur la Trackmania Cup. Sur la scène française, tu fais donc figure de “personne à battre ». Certains vont même jusqu’à pousser la comparaison avec une légende de la discipline, Carl Jr. J’aimerais savoir ce que tu ressens vis-à-vis de ce genre de comparaison.

Comment dire ça… C’est quand même quelque chose d’entendre ça parce que quand Carl Jr a commencé à performer, j’étais encore très jeune. Du coup, entendre des gens me comparer à lui, voire dire que je l’ai dépassé, c’est très très glorifiant. Parfois je me sens même un peu mal par rapport à ça parce que Carl c’est aussi un très bon ami et voir que je commence à prendre petit à petit sa place, ça fait un peu mal et c’est une sensation bizarre.

Carl-Jr-elimination-Trackmania-Cup
Terrible désillusion pour Carl Jr éliminé dès les demi-finales lors de cette édition (Crédit : Chloé Ramdani)

En plus de tout ça, ces comparaisons, j’imagine que c’est aussi pas mal de stress supplémentaire pour toi.

Ce genre de choses, ça arrive depuis ma première victoire à la Trackmania Cup. À chaque fois que j’arrive dans un événement, je fais maintenant automatiquement partie des favoris. Pareil pour Bercy où j’étais déjà l’un des favoris. Le seul changement c’est peut-être à l’international où on risque de m’attendre à un autre niveau, même si j’avais déjà réussi à me faire un nom avant.

Justement, la prochaine grosse échéance, c’est la World Cup et si l’an passé tu n’y avais pas participé, ce sera le cas cette année. Qu’est-ce que ça fait de faire déjà partie du Top 16 mondial et potentiellement de pouvoir être sacré champion du monde ?

Ça va être ma première World Cup cette année et je l’appréhende un peu comme une compétition normale, du moins j’essaye de ne pas trop me mettre de pression. Les gens me considèrent comme un favori après Bercy, mais quand on y regarde de plus près, les cartes ne sont pas du tout les mêmes que celles de la World Cup.

Les joueurs que l’on voit au top sont aussi complètement différents, donc j’y vais, je vois ce que ça donne et je ne vais pas avoir d’attente particulière. Forcément gagner ce serait cool et être champion du monde, ce n’est pas n’importe quoi, mais j’appréhende ça le plus tranquillement possible.

Du coup tu ne t’es pas fixé d’objectif, même vague par rapport au classement final ?

Je ne me suis pas forcément fixé un objectif, mais j’ai quand même un minimum d’égo. J’aimerais au moins être dans la première moitié des joueurs, mais après le reste ce n’est pas si important que ça.

L’édition 2022 a aussi une particularité, c‘est le fait qu’elle a lieu à Paris. Gwen, est-ce que jouer devant tes proches, avec un fort soutien, c’est aussi une motivation supplémentaire ?

Ce soutien je l’ai depuis un petit moment déjà, mais par delà ça, ce qui me motive beaucoup, c‘est que c’est la première World Cup que je fais. Je vois ça comme un moyen de me tester sur la scène mondiale, voir ce que je peux donner sur cette scène professionnelle.

  Interview de Romain Bigeard : General Manager d'Optic Gaming (part.1)

En s’intéressant de plus près aux participants de cette World Cup, on se rend compte qu’en plus de toi Gwen, il y a cinq français et huit francophones en comptant Affi et Car Jr. Quel impact la Trackmania Cup a-t-elle eu par rapport à tout ça ?

Le fait que la scène française soit si présente sur Trackmania on le voit depuis quelques années avec l’impact qu’à Zerator. Mais ça reste assez récent de voir autant de français exploser à l’international et à titre personnel, ça fait vraiment plaisir.

participant-world-cup-Trackmania-Gwen
Ils seront 6 français et 8 francophones à tenter de remporter le titre de champion du monde (Crédit : Trackmania Grand League)

Aujourd’hui, sur la scène nationale tu es bien établi comme on le disait un peu plus tôt, mais quels sont tes objectifs pour le futur ? Est-ce que tu souhaites te tourner plus vers la scène internationale avec la Grand League ou la World Cup ?

Je pense que le gros objectif, c‘est de me faire reconnaître sur la scène internationale comme étant un très bon joueur. Parce qu’en vérité à l’international, la scène française, elle, n’est pas forcément bien vue. Souvent quand un joueur français arrive au haut niveau, il a tendance à être “mal vu”.

Les autres ont l’impression qu’il n‘a pas forcément autant de mérite. Donc si je peux réussir à me faire respecter par la scène internationale même si c’est déjà pas mal le cas, ce serait une très belle chose.

Gwen, quand tu me parlais de la réputation des joueurs français, tu voulais dire quoi ? C’est une impression des joueurs internationaux que la Trackmania Cup mettrait “trop facilement” en lumière des joueurs ?

La Trackmania Cup c’est quelque chose qui va former très vite les joueurs que ce soit au niveau du mental ou bien même des performances. Les maps de la Trackmania Cup sont très compliquées, bien plus que celles de la World Cup et forcément, on arrive très armé sur ce genre de compétitions et ça joue forcément. De plus, une fois au top niveau national, les joueurs ont très envie de monter au top niveau mondial.

Il y a quelques semaines, on parlait de la Trackmania Cup avec pas mal de joueurs dont Affi ton binôme et l’une de mes questions portait sur la professionnalisation du milieu. Est-ce que pour toi, devenir pro c’est ton objectif ?

À titre personnel, je n’ai pas pour objectif de vivre de Trackmania, mais je me dis “pourquoi pas tester l’expérience ?”. C’est dans cet objectif que j’ai pris une année de césure. Je vais me lancer à fond dans Trackmania, mais à côté de ça, je vais garder des projets personnels hors gaming. Donc oui devenir pro, ce n’est pas forcément quelque chose que je voudrais faire, mais c’est à tester, je pense.

C’est quoi les raisons qui font que tu n’as pas forcément envie de te lancer à 100% ?

Le premier problème, c’est que Trackmania ne paye, à l’heure actuelle, pas assez pour pouvoir s’épanouir pleinement. Je me dis autant faire un autre métier à côté, gagner plus et pouvoir toujours avoir du temps pour Trackmania.

Sur d’autres scènes, cela vaut clairement le coup de se lancer à plein temps, mais ce n’est pas le cas sur Trackmania actuellement. Il y a aussi le fait de rester toute la journée sur son PC qui ne me tente pas forcément.

Par rapport à ça, Gwen comment vois-tu l’évolution de la scène dans les années à venir ? Est-ce que dans 5 ans par exemple, des joueurs pourront s’orienter vers une carrière professionnelle dans le jeu et en vivre de manière correcte selon toi ?

En soit, il y a déjà des gens qui vivent de Trackmania, mais il y en a très peu, voire aucun qui le font sans devoir streamer à côté. Pour que dans 5 ans, on puisse vivre de Trackmania, il va falloir qu’il y ait d’immenses investissements sur le jeu et la scène. Sinon, il y a très peu de chance que la scène évolue.

  Olivier Ozoux président de aAa - "L'Esport-tainment est l'un des changements majeurs de l'esport."
Gwen-Trackmania-cup-public
Malgré son importance, la Trackmania Cup ne pourra porter la scène à elle seule (Crédit: Chloé Ramdani)

Dans le passé, la conclusion que j’avais tirée, c‘est que la Trackmania Cup ne pouvait porter la scène à elle seule. C’est aussi quelque chose que tu ressens ?

Je suis assez d’accord. La Trackmania Cup c’est très bien, c‘est un boost de visibilité immense et même dans sa vie personnelle. Malgré tout, ce n’est pas suffisant pour une professionnalisation. Je vois plus ça en tant que coup de pouce justement pour ces joueurs.

Alors c’est un très très gros boost, je ne dis pas le contraire, mais ça ne suffit pas à professionnaliser une scène. Ça permet d’atteindre une future professionnalisation, mais ce n’est pas directement via ça qu’elle arrive.

En parlant de boost Gwen, est-ce que la Trackmania Cup ce n’est pas aussi un peu un « phénomène JO” comme je l’appelle : tous les 4 ans on a un gros coup de projecteur sur des sports que tout le monde a tendance à « oublier » jusqu’aux prochaines Olympiades ?

Je suis complètement d’accord sur le fait que la période de la Trackmania Cup est complètement différente du reste de l’année. Pour quelqu’un comme moi par exemple, en période de Trackmania Cup quand je stream c’est avec 1000 voir 2000 viewers, alors que le reste de l’année c’est 10 fois moins

Une fois l’événement fini, le fait de garder toute l’attente et les viewers, c’est impossible. Du coup je me dis que s’il n’y a plus de Trackmania Cup, il n’y a plus de Trackmania comme je l’aime. Ce que j’attends toute l’année, c’est justement la période de la Trackmania Cup.

À la fin de la Trackmania Cup, Zerator a justement dit qu’elle avait fini son cycle et que le jeu n’allait pas disparaître, mais revenir sous une forme différente sur sa chaîne. Par rapport à ce que tu viens de me dire Gwen, c’est quelque chose que tu appréhendes ?

Oui, même si dans le fond je comprends la décision. Je vois très mal une Trackmania Cup se faire l’année prochaine après Bercy. Il faudrait trouver quelque chose de plus gros et à part les stades c’est impossible.

Sauf que faire du gaming dans des stades, c’est très compliqué. Je me dis donc que ce n’est pas si mal de s’arrêter sur ça. En plus moi ça m’arrange parce que je reste triple champion en titre et que je n’ai plus la pression de remettre ce titre en jeu (rires).

Plus sérieusement, je suis déçu, mais je me dis qu’il y a une fin à tout et que la Trackmania Cup a sûrement fait son temps. Ça a très bien vécu, ça s’est très bien fini, mais malgré tout j’espère que Zerator va continuer sur Trackmania.

Separateur webp

Comme on pouvait s’y attendre, après avoir réussi à être considéré comme étant l’un des meilleurs joueurs sur la scène nationale, Gwen a désormais pour objectif d’avoir une réputation similaire, cette fois au niveau international, même s’il nous confiait ne pas forcément se mettre de pression pour le moment.

Ce qui est peut-être un peu plus surprenant, c’est le fait que Gwen, contrairement à ce que l’on pourrait croire, ne se voit pas forcément avoir une carrière professionnelle dans le milieu de Trackmania. En cause, l’impossibilité de pouvoir vivre pleinement de cet esport. C’était un point assez longuement évoqué dans notre précédent article sur la Trackmania Cup.

On en revient donc à un point crucial, celui du sponsoring. En effet, aujourd’hui, très peu de scènes esport sont viables pour les joueurs qui vont donc avoir tendance à se détourner de cette scène ou du moins à ne pas vouloir d’une professionnalisation, préférant garder la pratique sportive comme un hobby.

Toutefois est-ce vraiment un mal parfois ? Dans un précédent article, on vous parlait de cette quête du sponsor qui amène parfois à fermer les yeux sur certains points et à se diriger vers des solutions éthiquement discutables. Malgré tout, Gwen a décidé de prendre une année de césure et de se lancer à fond sur Trackmania pour le moment. À voir donc si dans un an il aura réussi à éclabousser le monde de son talent comme il l’a fait dans notre pays.

Vous aimerez lire aussi

Laisse un commentaire

Soutenez nous en vous abonnant à notre newsletter !

Recevez gratuitement nos interviews (et bien plus encore !) directement dans votre boite mail. 

Vous êtes bien abonné(e). Merci !