Accueil » Le decision making : décider vite, décider bien

Le decision making : décider vite, décider bien

Par Antoine Menet

L’esport est un domaine dont la pratique questionne la puissance de nos facultés cérébrales, au même titre que les échecs, le jeu de go ou le poker.

Capacité d’attention, concentration, réactivité, gestion du stress… les habiletés mentales sont mises à rude épreuve dans les compétitions d’esport.

Pour faire la différence et arracher la victoire, une compétence est au centre de toutes les compétitions : le decision making ou la capacité à prendre la bonne décision rapidement.

League Of Legends, Fortnite, Hearthstone, Dota2, CoD, FIFA… tous les jeux mettent les joueurs dans des situations où ils doivent décider rapidement. Pour les joueurs qui souhaitent progresser, il est nécessaire de réussir à optimiser chacun de leurs choix dans le temps imparti.

Mais comment développer son decision making ? Qu’est-ce qui fait qu’on prend une bonne ou une mauvaise décision ? Comment décider vite, et décider bien ?

Préparateur mental de sportif et Hypnothérapeute, j’accompagne des athlètes de toutes disciplines et modélise les meilleures stratégies pour développer les performances des compétiteurs. Retrouvez ma chaîne Youtube ici pour en apprendre plus sur le sujet.

Que se passe-t-il lorsque vous décidez ? La recherche en neurobiologie propose trois étapes : 

  • Votre cerveau recherche d’autres décisions similaires dans votre passé pour analyser les conséquences de ces précédentes décisions.
  • Votre cerveau estime ensuite ce que vous avez à gagner ou à perdre si vous réalisez l’action.
  • Puis il vérifie si le gain potentiel « vaut le coup », c’est à dire qu’il pèse les efforts nécessaires pour le réaliser.

En résumé : vos décisions rapides sont toujours ce que votre cerveau définit le meilleur résultat attendu pour le minimum d’effort.

Alors comment utiliser ce processus pour prendre de meilleures décisions plus rapides ? La solution se décompose en 3 étapes : utiliser des objectifs clairs pour un decision making pertinent, automatiser vos réactions disponibles pour permettre une réaction rapide, et assurer une décision suivie d’effet.

EIN-Mental-Esport-optimiser

Fixer un objectif pour un meilleur decision making.

Votre cerveau, dans une situation tendue, va essayer de maximiser son ratio résultat/effort : il va chercher la meilleure solution disponible au vu de ses émotions, de ses souvenirs, des informations à sa disposition et des efforts à fournir.

Il va donc devoir très rapidement balayer un nombre de solution conséquent, qu’il sera en outre difficile de comparer les unes aux autres. Cela va lui demander du temps et de l’énergie, et peut mener à des hésitations… et donc à des erreurs fatales.

Mais si vous connaissez votre but final, votre cerveau peut simplement considérer les solutions à sa disposition en fonction de l’objectif choisi. Autrement dit, il peut les classer facilement, de celle qui satisfait le mieux votre objectif à celle qui le satisfait le moins bien.

A vous donc de fixer votre objectif en jeu.

Attention : « Gagner » n’est pas un objectif suffisant en jeu. Comment devez-vous gagner ? Quel est votre rôle en jeu ? Qu’est-ce que vous devez absolument faire ? C’est cela votre rôle.

Si vous l’avez bien défini clairement en amont, votre cerveau, à chaque prise de décision, pourra se référer à votre objectif pour analyser les solutions possibles et se poser la question « Est-ce que cette solution satisfait mon objectif ? ».

Découvrez  Comment les clubs Esports peuvent déployer leurs stades

Pour prendre un exemple marquant, les MOBA mettent bien en avant la diversité des rôles et des missions. Pour chaque joueur, selon sa mission, la réaction ne sera pas la même s’il se retrouve face à face avec un joueur adverse. 

Bien connaître votre rôle, c’est réduire le nombre de solutions potentielles et donc gagner du temps en jeu lors de décisions.

Favoriser une décision rapide : automatiser les actions.

Pour décider rapidement, il faut que les « bonnes » décisions soient faciles à prendre. Pour cela, une solution possible est d’automatiser les bonnes décisions, pour que le cerveau les retrouve rapidement.

Toute action consomme de l’énergie pour le cerveau, et il va chercher en permanence à minimiser l’énergie dépensée. C’est pour cela qu’il créée des automatismes : les automatismes consomment moins d’énergie que les séquences « construites » volontairement.

Si vous voulez que votre cerveau, dans l’urgence, priorise une solution efficace, il faut que vous l’ayez au préalable automatisée.

Comment faire ?

Certaines situations se répètent en cours de jeu, ou du moins peuvent être plutôt anticipées. Ex : vous êtes pris(e) au dépourvu par l’adversaire.

Plutôt que de subir un pic de panique et une décision précipitée du cerveau, prévoyez en amont 1 ou 2 manières « standard » de réagir.

Elles risquent de ne pas être « le plus efficace », mais si vous vous retrouvez à devoir réagir extrêmement rapidement, elles permettront au moins de limiter les dégâts et de ne pas subir un mauvais choix du fait du pic d’adrénaline que vous vivez et qui risque sinon de brouiller votre faculté à décider.

De manière générale, cela explique l’intérêt de répéter plusieurs fois certains enchaînements : pour qu’ils deviennent automatiques, qu’ils nécessitent moins d’énergie pour être mis en marche par le cerveau, et donc qu’ils soient mis en marche souvent puisque le cerveau les considère comme un bon rapport efficacité/effort. 

Assurer des décisions suivies d’effet

Une réaction efficace est une réaction « suivie d’effet ». Si votre cerveau a analysé la situation au regard de vos objectifs, et qu’il a déterminé rapidement le meilleur automatisme à utiliser, encore faut-il qu’il puisse vous faire part de ce choix.

Et une de ses manières de communiquer, c’est ce qu’on appelle l’intuition.

L’intuition, c’est la capacité du cerveau à nous proposer une information sans qu’on doive créer consciemment un chemin de réflexion. C’est d’écouter ce que votre cerveau vous propose spontanément comme réponse.

Celles et ceux qui n’écoutent pas leur intuition vont chercher à élaborer des réponses de manières volontaire et donc… perdre du temps.

EIN-Mental-Esport-decider

La solution pour décider vite est donc d’apprendre à écouter les réponses, les actions « spontanées » du cerveau.

Attention : plus une action va être spontanée, plus elle va être liée à des états émotionnels et donc… moins elle sera rationnelle. Une intuition, contrairement à ce qu’on pourrait croire, peut être moins « bonne » qu’une décision mûrement réfléchie.

Mais dans l’urgence, il faut pouvoir compter sur ces intuitions pour faciliter son decision making.

Pour améliorer encore celles-ci, il est nécessaire de juger vos résultats. Cela passe par une analyse de votre jeu :

  • Identifiez les temps où vous avez dû prendre une décision rapide.
  • Quelle décision avez-vous prise ?
  • Est-elle cohérente avec votre rôle/ votre objectif / le jeu ?
  • Quelle décision différente auriez-vous pu prendre ?
Découvrez  Engagement et loyauté dans les clubs esports

Faites cela pour les mauvaises décisions comme pour les bonnes : l’objectif est véritablement d’éduquer votre cerveau, en lui montrant ce qui fonctionne bien, et en lui proposant de corriger ce qui va moins bien.

En relisant régulièrement vos jeux vous pourrez améliorer vos réactions automatiques et votre communication interne pour faire émerger peu à peu un ensemble d’automatismes efficaces et rapides.

Separateur webp

Conclusion

Décider vite et décider bien vient avec de la pratique. Pensez à Alpha Go Zéro et aux programmes de DeepMind qui ont acquis leur niveau en simulant des heures durant des parties contre eux-même.

C’est à vous de mettre cela en pratique : jouez, décidez, analysez, corrigez, recommencez.

Cela peut sembler assez peu « magique », mais c’est au contraire une excellente nouvelle, la fondation même sur laquelle bâtir vos ambitions : avec un peu de méthode, vous pouvez progresser.

C’est la clé de la préparation mentale.

Et si vous souhaitez éliminer rapidement les 3 erreurs les plus fréquentes en compétition, je vous propose de télécharger ici un guide PDF gratuit qui vous résume les 3 erreurs mentales les plus fréquentes en compétition, et surtout les moyens de les éviter.

A vous de jouer,

Antoine

Vous aimerez lire aussi

Laisse un commentaire

Soutenez nous en vous abonnant à notre newsletter !

Recevez gratuitement nos interviews (et bien plus encore !) directement dans votre boite mail. 

Vous êtes bien abonné(e). Merci !